Le célibat est-il un choix subi ou une volonté ?

Par / 0 Commentaire / 5 janvier 2016

Le célibat est-il un choixImpossible d´aborder l’amour et le couple sans évoquer le sujet du célibat. Choix personnel ou destin, décision raisonnée ou statut social subi ? Personnellement je ne crois pas au hasard. Qu’il soit de courte période ou installé comme un mode de vie, certaines personnes considèrent le célibat comme un échec alors que d´autres entretiennent comme croyance : « pour vivre heureux, vivons seul(e) ». On peut donc se demander si » Le célibat est-il un choix ? »

Il est vrai que cette situation amoureuse peut permettre d’identifier ses propres besoins, d’apprendre d’abord à se respecter pour mieux respecter l’autre ensuite et enfin développer une relation de couple épanouissante mais à l’inverse, le célibat « longue durée » peut nous rendre intransigeant avec le temps. Qui n’a pas entendu l’expression « Tu ne vas pas devenir vielle fille (ou vieux garçon) » sous-entendu « avec des habitudes rigides ».

Le célibat est-il un choix ?

Selon l´état d’esprit et l’expérience de chacun, le célibat peut rimer avec solitude ou liberté. Pour les uns, le célibat sera vécu comme une fatalité ou comme une tare : « Si à 30 ans, tu n’es pas en couple, tu as raté ta vie. » – alors que pour d’autres, il sera vu comme une opportunité de faire le point pour mieux rencontrer de nouvelles personnes.

Naturellement, après une longue relation en couple voir même une relation furtive mais traumatisante (avec un pervers narcissique, alcoolique, jaloux excessif etc.) le choix du célibat peut rimer avec liberté. C´est donc l´occasion de faire le point sur ce que l´on ne veut plus et affiner ce que l’on veut. Mais attention à ne pas s’apitoyer sur ses blessures et se recroqueviller de peur d’être à nouveau blessé. Car même si le célibat peut revêtir des allures de rêve et d´oxygène lorsqu’on étouffe sous le poids d´une relation toxique, le célibat a un prix !

Le prix d’un loyer plus difficile à assumer seul, les dates de congés imposées après les collègues ayant une famille, des horaires de travail sans heure limite, des amis que l’on voit de moins parce qu´ils se sentent menacés dans leur couple ou tout simplement parce-qu´on n´a pas envie de tenir la chandelle…

Et quand le célibat fait suite à un divorce compliqué et qu’il y a des enfants : Il faut tout gérer sans compter sur l´autre. Et si l´un des partenaires n´a pas fait le deuil de la relation, sa situation ressentie comme pesante et difficile, le renverra sans cesse à l’échec.
Alors : « Peut-on vivre ce célibat, cette solitude comme un réel plaisir d’être avec soi-même ? Le célibat est-il un choix dans ces conditions». Y a t´il vraiment des célibataires qui ont choisi ce statut social ? Il est normal de se poser ce genre de questions !

Lorsque l´on interroge des célibataires qui affirment être heureux, la grande majorité prône la liberté. Cela sous-entend qu´on ne peut pas se sentir libre et en couple ?

Si on approfondi un peu le débat, on se rend compte que le choix du célibat est souvent la résultante :

– d’une déception du couple qui peut aller jusqu’a une aversion,

– une très grande peur de reproduire un schéma répétitif traumatisant,

– nos propres croyances limitantes – Par exemple : « Il faut tout donner à l´autre quitte à s’oublier ».

Se concentrer sur soi et pas uniquement sur les autres

En cultivant la crainte de voir notre liberté entravée, nous endossons une armure qui nous protège de ce que l’autre peut modifier en nous (de manière positive comme négative). Cette protection donc fermeture à la transformation intérieure risque d´avoir des répercussions dans tous les domaines (familial, amical, professionnel). Et comme l´homme a l´habitude de passer du tout ou rien, le résultat veut que l´on passe de l’excès du sacrifice de soi dans la relation à l’excès de protection via le célibat.

Pourtant le couple fait grandir : toute relation se présente dans notre vie avec la potentialité de faire de nous plus que ce que nous sommes.
Alors, plutôt que de basculer d’un excès à l’autre, ne serait-il pas intéressant de se demander : « De quelles croyances devons-nous nous libérer, quel changement de paradigme devons nous adopter pour devenir capables d’entrer en relation sans se sentir emprisonné ? Comment atteindre le bon équilibre entre rester soi-même et se laisser transformer pour se dépasser en devenant la meilleure version de soi-même ? »

Après avoir évoqué les aspects ressentis comme positifs ou négatifs dans le statut de célibataire, je vous invite à méditer sur la question suivante : « Comment être soi tout en étant avec les autres ? ». Quand vous parviendrez à atteindre cet équilibre, vous pourrez alors vous sentir épanoui, célibataire ou en couple !

Pour toute question sur ce thème, je reste à votre disposition,

Ambre FRANRENET

Coach de vie.

L’équipe MagAmour.com vous accompagne depuis 2009 dans votre vie amoureuse.
Votre commentaire

11543d25b7d5be725fb9fbf55996784088888888888888888